Montréal, métropole culturelle ?

Quand on parle de villes culturelles, on pense souvent à Paris, New York, Londres, Berlin, ou encore Sydney… Évidemment leur appellation « métropole internationale culturelle » ne peut être remise en cause, de par leurs nombreux  musées, théâtres, bars, clubs, expositions, festivals, et bien sûr visiteurs.

Néanmoins, il se trouve que Montréal, ville Québécoise par excellence, n’a rien a envier à ses grandes sœurs.  Au croisement entre la démesure nord-américaine et le charme européen, Montréal est un berceau culturel qui prend soin de ses artistes qui la dynamisent jour après jour.

  • Peintres
  • Sculpteurs
  • Grapheurs
  • Tatoueurs
  • Danseurs
  • Musiciens
  • Comédiens

Et j’en passe… Leur présence se ressent à chaque coin de rue : galeries d’art, salles de spectacle, théâtres, festivals en tout genre, expositions. On ne les compte plus. Les amateurs d’histoires et de sciences ne resteront pas sur leurs faims non plus. Les musées y sont nombreux et accessibles à tous les porte-monnaie, tout comme le reste d’ailleurs.

L’omniprésence du Street Art

Ce qui caractérise le mieux Montréal en termes de culture, ce sont ses artistes de rue. Tous ces murs, faisant office de toiles exceptionnellement grandes, repeintes aux goûts d’artistes anonymes qui nous émerveillent tout autant les uns que les autres. Ces sculptures placées à divers endroits faisant transparaître toute l’émotion de son maître à l’instant de sa création.  La place des arts qui entreprend des expérimentations toujours plus originales, nous offrant l’opportunité d’ouvrir notre esprit devant ce non-conformisme... C’est ce qui fait le caractère, le cachet de Montréal.  La ville entière est une immense galerie d’art nous laissant perplexes. Il faut, bien évidemment savoir ouvrir l’œil et se laisser enivrer par cette douceur générale.

Dénoncer les inégalités

Comme chaque ville dans le monde, Montréal a bien évidemment ses difficultés, problèmes sociaux et économiques. Sans doute pas suffisamment mis en avant par le gouvernement, certains artistes se sont donné pour missions de défendre les plus faibles, les enfants oubliés de Montréal. Ainsi le malaise chez les autochtones, la maltraitance des femmes, la pauvreté, la destruction de l’environnement… Des sujets sensibles au cœur de l’inspiration des artistes. Ceux-ci offrent ainsi l’accès à tous de découvrir l’envers du décor Montréalais via leurs œuvres. Et c’est ce qui prouve, une fois de plus que Montréal est sensible et qu’elle fait partie de ces villes qui met au centre de ses préoccupations l’opportunité à chacun d’élargir son horizon grâce à la culture.

La folie de l’été

L’été, et ce ne sont pas les Montréalais qui diront le contraire, Montréal est folle. Endormie par un long et rude hiver, elle se réveille délicatement au printemps au rythme de plusieurs petits événements au cours du mois d’avril et de mai.  Mais à partir juin, Montréal se dévergonde avec ses concerts, festivals et expositions extérieurs. Il suffit d’y ajouter un peu de chaleur et de soleil pour avoir tous les ingrédients indispensables pour faire de ces événements, la beauté et le charme de Montréal.

Tous ces événements sont également l’occasion d’offrir à nos artistes locaux une visibilité au niveau international. D’une part, parce que ces artistes se produisent sur les mêmes scènes que les artistes étrangers ayant une notoriété qui les précède. D’autre part, c’est à cette période-là de l’année que le tourisme explose. Ainsi, L’été est le meilleur moyen à la culture québécoise de franchir ses propres frontières et de prouver au monde entier que Montréal est un membre à part entière de la famille des métropoles culturelles et qu’elle se doit d’être reconnue en tant que telle.